0 Dans Blablatage/ Food/ Healthy

Le syndrome des régimes non terminés !

Hello,

Je souffre d’une maladie assez étrange que j’ai intitulée le « syndrome des régimes non terminés » ! Je vous explique en deux mots : j’ai entrepris des dizaines de régimes, parfois sérieux, parfois farfelus, mais je me rends compte que je n’ai jamais atteint la phase de stabilisation… Faute avouée, à moitié pardonnée ? 😉

 

Régimes non terminés

 

Symptômes d’une histoire sans fin

Le scénario est assez répétitif : je perds plusieurs kilos, je commence à me sentir mieux dans mon corps et je sors petit à petit du programme fixé. Ce qui est dingue, c’est qu’à chaque fois j’ai eu l’illusion de penser pouvoir gérer seule la fin du régime. Dans ma tête, je n’arrêtais pas ma perte de poids mais j’allais la gérer par moi-même… Game over ! Comment puis-je être aussi naïve et répéter les mêmes erreurs ? En y réfléchissant, j’attribue ce relâchement à plusieurs facteurs :

Il y a d’abord l’entourage. Après m’avoir félicitée pour ma perte de poids, on me lance des « mais tu vas quand même arrêter maintenant ? », « tu ne vas pas devenir anorexique » (<sic>), « tu es bien comme ça, pourquoi continuer ? »… etc. Les personnes ayant perdu du poids ont, je pense, toutes dû faire face à ces phrases. Alors pour peu qu’on a nous mêmes un peu marre de notre régime, ce genre de remarques n’aide pas à fournir le dernier effort nécessaire.

Je ne jette pas la faute qu’aux autres, je sais que j’ai ma grande part de responsabilité dans cette « maladie ». Au début d’un ré-équilibrage alimentaire, on est souvent déterminé, rigoureux et les premiers kilos partent assez vite. La motivation est donc à son top. Mais après une dizaine de kilos perdus, la lassitude s’installe et mes bonnes résolutions fondent comme neige au soleil.  Le mental joue énormément dans une perte de poids. Il faut se donner des petits objectifs pour rester au taquet !

Il faut également s’interroger sur les aspects psychologiques liés à la nourriture car on ne mange pas toujours (hélas !) uniquement quand on a faim. Voir également à ce sujet mon article « Comment mon combat contre les kilos est devenu un combat contre moi-même« . C’est un piège dans lequel je suis tombée hélas de nombreuses fois…

Un autre symptôme plus léger, voire futile, mais qui doit avoir une part de responsabilité : le shopping ! Quand on est une shopping addict comme moi, difficile de trancher dans le dilemme : je ne m’achète rien car je veux perdre du poids OU je m’achète quelque chose pour me faire plaisir en sachant que mon but est de ne plus pouvoir le mettre car il deviendra trop grand…

 

Peur d’arriver à mon but ?

Je pense qu’il y a également une peur inconsciente d’arriver à mon objectif de poids et de le maintenir. Cela peut paraître étrange mais comme je ne connais pas « l’après », je reste coincée dans l’univers connu (mais néfaste) du yoyo (perte ou prise de poids). Certes il y a les facteurs décrits ci-dessus concernant l’entourage, la lassitude, la motivation, la compensation, le shopping… mais je pense qu’il y a un déclic qui ne s’est pas encore fait dans ma tête et qui me bloque à chaque fois à quelques kilos de mon objectif !

Et maintenant ?

Je suis à 4 kilos de mon objectif et je sens les premiers symptômes de mon étrange maladie qui pointent le bout de leur nez ! Mais je ne veux pas retomber dans le piège du yoyo et faire l’hypocrite en pensant pouvoir « gérer » moi-même. Je me le dois à moi-même : je veux arriver à mon objectif puis stabiliser 🙂 I can do it ! (enfin, j’espère)

 

Avez-vous déjà subi cette étrange maladie ? Quels sont vos trucs pour tenir bon ?

A très bientôt, Caro

 

 

Articles qui pourraient également vous intéresser

Pas de commentaire

Réagir