12 Dans Soins

Les déodorants sans sels d’aluminium sont-ils efficaces ?

Hello.

Sujet du jour peu glamour mais qui nous concerne tous : les déodorants ! Car oui, comme tout le monde (enfin, j’espère), je souhaite ne pas être en nage au moindre coup de chaud, ni dégager des odeurs de transpiration au moindre effort.

 

Déos1

Source photo : Google Image

 

Je fais déjà attention à la qualité des aliments dans mon assiette et, petit à petit, j’essaie d’également m’intéresser aux compositions des produits cosmétiques. Je vous avoue ne pas être hyper calée sur le sujet, d’autant que trouver des informations non discutables sur la nocivité d’un composant (parabènes, aluminium ou autres joyeusetés)  est souvent synonyme du parcours du combattant ! On s’en remet donc généralement au principe de précaution : à éviter si possible.

J’ai fini par acheter deux déodorants sans tous les trucs « nocifs » (parabènes, parfum, alcool, aluminium…) pour me faire un avis : l’un de la marque Alverde, l’autre de Vichy.

 

Déos2

 

Déos3

 

Mon expérience

Le constat est sans appel : ça ne MARCHE PAS sur moi !
Pourtant, je vous assure que ma transpiration n’est ni abondante ni odorante… Mais c’est comme si ces déodorants provoquaient plus de dégâts que si je n’avais rien appliqué sous mes aisselles, c’est vous dire !  Pour le toucher sec ou la fraicheur de 24 heures, on repassera…

 

Mais quel est le rôle de ces satanés sels d’aluminium alors ?

Il faut savoir qu’on en trouve dans pas mal de produits de beauté, des dentifrices aux colorations, en passant par des rouges à lèvres ou des après-shampooings. On associe les sels d’aluminium principalement aux déos en raison de leur forte concentration : jusqu’à 20-25% qu’ils soient en spray, bille ou crème. L’avantage de ces composants est leur propriété anti-transpirante : ils forment un bouchon à la surface des canaux sudoripares pour réduire la sueur.

 

3316508-les-sels-d-aluminium-dans-les-deodorants-pointes-du-doigt

Source photo : Google Image

A noter que la pierre d’alun, même naturelle, contient également de l’aluminium ! En effet, ce sel n’est ni plus ni moins que de l’aluminium et du potassium. Méfiez-vous dès lors des produits qui se présentent « à la pierre d’alun naturelle, sans aluminium »… Mensonge !

 

Au final, est-ce dangereux ? Les sels d’aluminium provoquent-ils des cancers du sein ?

Au fil de mes recherches, j’ai trouvé tout et son contraire. Mieux vaut dans ce cas se renseigner à la source et voici les conclusions de Cancer Environnement qui datent du 20 juin 2014 :

Il n’existe aujourd’hui pas de preuve scientifique en faveur d’un lien de causalité entre l’application de déodorants/antitranspirants et le risque de cancer du sein.

C’est également la conclusion d’un rapport de l’Afssaps (désormais ANSM) qui a conduit une évaluation du risque lié à l’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques : « sur la base des données actuelles disponibles, l’exposition à l’aluminium par voie cutanée ne peut pas être considérée comme présentant un risque cancérogène » (Afssaps, 2011). 

Ce même rapport conclut en revanche que l’exposition à des produits antitranspirants avec des concentrations de 20% de chlorohydrate d’aluminium ne garantit pas la sécurité sanitaire des consommateurs vis-à-vis de risques autres que cancérogènes (effets neurotoxiques notamment)

 

Si les deux premiers paragraphes sont rassurants, le dernier l’est beaucoup moins ! Les sels d’aluminium pourraient être liés à d’autres maladies du système nerveux… Voyons maintenant ce que recommande ce fameux rapport de l’Agence française de Sécurité sanitaire de 2011 :

En conclusion, afin de limiter le risque lié à l’exposition à l’aluminium, l’Afssaps recommande de:

restreindre la concentration d’aluminium dans les produits antitranspirants ou déodorants à 0,6%. Cette valeur est volontairement exprimée en aluminium, afin qu’elle puisse s’appliquer aux différentes formes utilisées dans les produits cosmétiques;

ne pas utiliser les produits cosmétiques contenant de l’aluminium sur peau lésée. En effet, étant donné la forte absorption rapportée dans ces conditions, il serait nécessaire d’informer le consommateur que les produits antitranspirants ou déodorants ne doivent pas être utilisés après le rasage ou en cas de lésion de la peau de type microcoupures. L’afssaps préconise que cette information figure sur les conditionnements.

 

Heu… Vous aviez déjà lu sur un déo standard qu’il ne pouvait pas être utilisé sur une peau fraichement rasée ou épilée vous ? Moi pas en tout cas ! Mais apparemment, selon l’étude mentionnée, le taux d’absorption cutanée des indésirables augmenterait fortement sur une peau lésée. Bon savoir !

 

Et je fais quoi maintenant ?!

Comme mentionné plus haut, mes premiers tests sont des échecs. J’étais plus incommodée avec l’un de ces déos à la composition nickel que si je ne mettais aucune protection. Je vais donc repasser à des antitranspirants avec sels d’aluminium durant l’été mais persévérer dans mes recherches à la rentrée.

Je n’ai pas envie de devoir choisir entre ma santé et le fait de sentir bon !!!

 

Déos4

 

Rencontrez-vous le même problème que moi avec les « sans sels d’aluminium » ? Si oui, quel a été votre sauveur ?

 

Merci, Caro

 

 

Articles qui pourraient également vous intéresser

12 commentaires

  • Répondre
    Sixtine, Aventures d'une bruxelloise
    31/07/2014 at 11:29

    Coucou Caro,
    Je fais également attention à la compo de mes déos et produits soins même si je t’avoue n’avoir jamais testé de déo sans sels d’aluminium vendu en grande surface.
    J’ai trouvé un excellent déo 100% naturel et qui fonctionne vraiment, le déo Soapwalla. Il me convient parfaitement, il est très efficace contre les mauvaises odeurs et est respectueux pour ma peau. Bref, un sans faute pour moi. Il n’empêche néanmoins pas la transpiration mais aide à la réguler. Je l’ai acheté sur le site Bazar bio (livraison gratuite): http://www.bazar-bio.fr/deodorants-bio/499-soapwalla-deodorant-bio-creme.html
    Et le prochain déo naturel que je vais tester est celui-ci: http://www.bazar-bio.fr/deodorants-bio/677-schmidt-s-deodorant-naturel.html
    Apparemment, très efficace aussi !

    Bisous 🙂

    • Répondre
      Caro
      01/08/2014 at 17:27

      Salut Sixtine. Un grand merci pour tes recommandations, je ne laisse pas tomber ! 😉 J’ai effectivement souvent entendu parlé (en bien) du déo Soapwalla. Il sera très certainement mon prochain essai, même si j’avoue que la présentation en crème me rebute un peu. Une question d’habitude, je suppose. Passe une bon we, bizz

  • Répondre
    Pandrae
    01/08/2014 at 20:57

    Entièrement d’accord avec toi ! J’ai testé des déodorants « sains » qui se sont retrouvés complètements inefficaces..

    • Répondre
      Caro
      02/08/2014 at 13:11

      Ca me rassure de ne pas être la seule… Mais comme mis dans l’article, je persévère dans mes recherches après l’été ! Biz

  • Répondre
    Beautylicious
    02/08/2014 at 12:12

    J’ai testé aussi le Alverde, car je voulais passer à du sans sel d’aluminium… Mais erk, je sens mauvais et ai des auréoles pas possibles ! Même pour rester chez moi ça m’incommode, donc tant pis… 🙁
    Comme toi, pour l’été, j’ai un anti-transpirant et dès que le temps sera plus frais, je retenterai le plus naturel (heureusement qu’en Belgique il ne fait pas plus de 25 degrés toute l’année haha)

    • Répondre
      Caro
      02/08/2014 at 13:13

      On a donc la même expérience du déo Alverde. Pourtant, c’est une marque que j’apprécie mais là… Non, vraiment pas possible !!!
      Faudra que s’échange nos avis sur les prochains tests de l’automne 😉
      Passe un bon we, bisous

  • Répondre
    Mag.H
    02/08/2014 at 20:08

    Salut Caro!

    En matière de déo, je suis une très mauvaise élève du naturel. Je n’ai pas la transpiration odorante et j’avoue que je cherche plus un anti-transpirant qu’un déodorant car je trouve les auréoles sous les aisselles vraiment peu ragoutantes! Du coup, un « anti-transpirant naturel » est presque une contradiction en soi car souvent les gens prônent « la libre transpiration » pour que la peau respire… Du coup, je reste avec mes déo de supermarchés qui sont efficaces non seulement au niveau des odeurs, mais aussi et surtout sur la transpiration! Des gros bisous ma belle

    • Répondre
      Caro
      02/08/2014 at 21:36

      Coucou Mag,
      Je comprends tout à fait tes arguments… Peut-être suis-je en train de chercher un produit qui n’existe pas ?! 😉 En tout cas, j’aimerais vraiment trouver un bon compromis. Car ce qui est étrange, c’est que je transpire moins sans rien qu’avec les deux produits testés !
      Gros bisous

  • Répondre
    stephanie
    03/08/2014 at 16:55

    je souhaiterai essayer l ‘ AROMACO de Lush, un « pain » solide vous connaissez ? est ce « clean » ? j’avoue aussi me sentir coupable à chaque sprittt de déo sous mes aisselles…mais ne saurai cependant pas m’en passer !

    • Répondre
      Caro
      03/08/2014 at 19:56

      Coucou. Je connais de nom mais je n’ai jamais testé ni lu de revue à son sujet. Je viens d’aller jeter un coup d’oeil sur la composition et elle semble en effet assez correcte car on y trouve ni aluminium, ni alcool, ni silicones mais juste un peu de parfum. Difficile en effet de trouver quelque chose de « clean » mais qui ne nous fait pas suer fortement ou sentir mauvais ! Biz

  • Répondre
    Myriam
    08/08/2014 at 11:51

    Salut Caro,
    J’avais testé le cadum sans sels d’aluminiums et moi aussi j’ai été déçue. Dans un premier temps j’ai cru que mes hormones me jouait des tours et que ma transpiration était plus forte (amis de la poésie bonjour). Lors d’un séjour j’ai du par inadvertance changé de déo et la bingo je n’avais plus cette odeur désagréable, du coup bye bye le cadum. Par contre la compo n’est pas clean (deo sanex à la pierre d’alun) mais je ne supporte pas les mauvaises odeurs et d’infliger ça aux autres.
    Bizzz

    • Répondre
      Caro
      08/08/2014 at 11:54

      Comme je te comprends Myriam, moi non plus je ne peux pas me résoudre à « puer » pour ma santé ! 😉 Merci pour ton témoignage. Bisous

    Réagir